Adieu, 2004

Arnaud des Pallières

adieu-image_2

Cet « Adieu » pourrait être celui de Kubrick, tant Despallière semble un héritier crédible du grand Stanley. En introduction, la chaîne de montage d’un camion est filmée comme les ballets abstraits de « 2001, l’odyssée de l’espace ».

Le cinéaste se lance plus ouvertement dans la fiction tout en conservant son oeil de documentariste. Mais rien n’est simple avec cet artiste atypique.

Un drame paysan prend des allures d’opéra zen tandis qu’un immigré clandestin rejoue la parabole de Jonas et la baleine.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 3 octobre 2014.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s