Paris, Texas, 1984

Wim Wenders

Paris_Texas_jdejeannette3

Wenders arrive presque au bout de son voyage. Le désert touche à sa fin, c’est à dire à l’infini. Telles les notes inéluctables de Ry Cooder, la mise en scène de Wenders scrute le vide comme une fin possible.

Entre-temps, on aura croisé un amnésique qui a oublié l’Amérique dans ses entrailles mêmes, un enfant dont la mère n’est plus qu’une image derrière une vitre… et quelques bribes de cinéma.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 27 septembre 2014.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s