La belle endormie, 2013

La bella addormentata

Marco Bellocchio

La-belle-endormie1

Cette belle endormie, c’est la Religion, la Politique, l’Italie, la Mère… et donc une suite secrète au magnifique «Sourire de ma mère».

Comme dans son chef d’oeuvre de 2002, Bellocchio décrit un évènement déclencheur de passions (ici l’histoire d’une jeune femme plongée dans le coma, dont la famille envisageait d’interrompre le maintien en vie artificiel) tout en baissant le son et ralentissant l’image.

Le cinéaste se livre à une anthologie des apparitions cotonneuses (mention spéciale à Isabelle Huppert, digne du remake de «Suspiria» qu’elle ne tournera probablement jamais), dans laquelle les écrans de télévisions ouvrent sur des univers parallèles en dévoilant les foules hystérisées autour du martyr de la belle au bois dormant médiatique, soit en laissant entrevoir des hippopotames dormir sous l’eau.

Cette ambiance amniotique laisse dans un état de rêve inquiet ou la seule réalité pourrait émaner de l’esprit d’une princesse s’enfonçant dans le royaume des morts.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 18 septembre 2014.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s