Piscine sans eau, 1982

Mizu no nai puuru

Koji Wakamatsu

waka1

Peu de femmes nues, pas de débordements sanglants ni de révolte ici. Néanmoins, «Piscine sans eau» est peut-être le film le plus violent de son auteur.

Le titre est à la fois poétique et prosaïque : le personnage principal court régulièrement dans une piscine municipale abandonnée.
Cet homme est d’une banalité totale, figure bien connue dans le cinéma japonais de l’employé moyen basculant progressivement vers les extrêmes.
Marié, un enfant, un travail terne, il tombe amoureux d’une jeune femme qu’il sauve d’une agression. Mais au lieu de sceller une relation, ce sauvetage la rend impossible. Cette fille est inatteignable pour lui. Lorsqu’ils se croisent dans le bassin à sec, ce lieu mélancolique de prime abord devient une matrice morbide dans laquelle les fantasmes s’entrechoquent. Il comprend qu’il n’est pas dans son élément, que peu de choses le différencient de l’agresseur qu’il a chassé.

Il perd son travail ennuyeux ce qui offre encore plus de place à l’ennui.
Un jour, sa petite fille lui livre la clef de ses perversions. L’enfant collectionne les insectes et explique à son père qu’ils ne souffrent pas lorsqu’elle plante une aiguille dans leur carapace grâce au chloroforme qui les a endormi.
En contemplant le tableau de coléoptères figés, le type comprend. Ce qu’il cherche en courant dans cette piscine, c’est à arrêter le temps, à maîtriser le monde et à le plier à ses désirs.
Il achète du chloroforme et s’introduit masqué chez les femmes du quartier. L’embryon est revenu braconner. Wakamatsu s’éloigne de l’image dure et de la mise en scène sèche du début du film pour atteindre un lyrisme malsain, nous laissant entre fascination et dégoût, romans roses et viols nécrophiles.

David Cronenberg avait réalisé «Vidéodrome» en se demandant ce qui se passait entre un homme qui regarde un film porno et son magnétoscope. Wakamatsu, de son côté, a répondu à ceux qui se perdraient en interrogations similaires à propos de nos ordinateurs.

waka2

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 21 août 2014.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s