John McCabe, 1971

McCabe and Mrs Miller

Robert Altman

McCabeDying

Robert Altman avait peu d’argent pour acheter les droits des chansons de Leonard Cohen. Avec humilité, l’artiste, les lui a laissé pour presque rien. Altman a montré son film à Cohen, celui-ci n’a pas aimé, au désespoir du cinéaste.

Je me souviens d’une interview d’Alan Parker exprimant son intérêt pour la mise en scènes d’un western car il existe tout un monde de l’Ouest qui n’aurait jamais été représenté au cinéma. Qu’entendait-il? Quelques années plus tard, la série « Deadwood » a semblé rendre ces propos obsolètes. Or, je suis prêt à parier que « Deadwood » n’aurait jamais existé sans « Mac Cabe & Mrs Miller ».

Le monde de l’Ouest est, en effet, comme on ne l’a jamais vu, plus proche des « Bas fonds » de Gorki que des chevauchée fordiennes. Le réalisateur se permet d’embaucher 2 des stars les plus glamours de l’époque, Julie Christie et Warren Beatty pour les transformer en Ténardiers de l’enfer. A la racine des mythes, on trouvera un fumier composé par les putes et les alcooliques, la luxure et le crime…

Pour continuer dans les citations, je me remémore Sergio Leone se défendant de tout réalisme dans son oeuvre. Pour lui, dans le Far-West véritable, il aurait fallu monter Billy le kid rater sa cible une dizaine de fois avant de blesser un adversaire. On jurerait que Robert Altman l’a entendu lorsqu’il emmène son film vers l’abstraction. Après une heure de politique primitive sur la constitution d’une cité dans un univers hostile, le cinéaste crée une chorégraphie zen entre Warren Beatty et 3 tueurs à gage. Manière de retrouver le genre, « Mac Cabe & Mrs Miller » se termine par un duel. Mais, la scène reste loin des fulgurances italiennes. Chaque geste pèse des tonnes et la neige qui écrase tout, se révèle plus dangereuse que les plus habiles des pistoleros. La métaphysique pointe: l’homme, les éléments, le vide… Mais le réalisateur reste trivial, la nature n’est que chaos! A partir de ce constat, il nous permet un peu de mélancolie…

Il paraît que plusieurs années après sa première vision, Leonard Cohen a rappelé Robert Altman pour lui dire à quel point il s’était trompé sur « Mac Cabe & Mrs Miller ». Quand même!

endden3

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 28 juillet 2014.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s