L’âge d’or, 1930

Luis Bunuel

3I01902

John Carpenter confiait en interview qu’il considérait Bunuel comme le cinéaste le plus drôle du monde.

S’il se réfère au «Charme discret de la bourgeoisie» ou à «Cet obscur objet du désir», nous rirons de concert. Mais si l’on considère les premiers essais de Don Luis, du «Chien andalou» à «L’ange exterminateur» ou «El», je suivrais le grand John avec plus de prudence. Carpenter est un maître de l’horreur, un artiste qui ne craint plus le regard que lui portent les abysses, il peut donc se permettre de sourire devant l’unheimlich.

De notre côté, les vaches fantômes, les squelettes d’archevêques et la trouble sensualité des actrices muettes nous mènent vers les rivages de nos désirs phobiques et des cauchemars que nous tentons d’oublier.

Le rire restera crispé…

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 28 juin 2014.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s