Trafico, 1999

Joao Botelho

4kp6t

Ce théâtre bariolé ne pourrait être qu’enchanteur. Ambiance lounge, goût des couleurs digne d’Almodovar et situations absurdes en cascade.

Mais progressivement, Bothelo inquiète. Tout cela ne cache-t-il pas un plan ? Le trafic dont il est question ne serait-il pas celui des images ? Les mafieux de carnaval seraient alors les petites mains d’une société du spectacle toujours plus séduisante mais dont plus personne ne saurait ignorer le terrible secret.

Elle est cannibale !

 

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 22 juin 2014.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s