La tête contre les murs, 1958

Georges Franju

tete-contre-les-murs-59-03-g

Le roman de Bazin constituait une critique des institutions et l’expression sous-jacente de la colère des futurs soixante-huitards.

Le film qu’en a tiré Franju est un cercle noir, d’un pessimisme absolu. Les rebellions des années 60 sont encore loin, mais le cinéaste semble les railler par avance en déguisant l’anar Mocky en sous James Dean de banlieue. Le rebelle semble inéluctablement condamné à l’emprisonnement, à l’image d’une société où chacun recherche son propre enfermement. Pour Franju, il n’y a pas d’extérieur à l’hôpital psychiatrique.

A l’intérieur, les tâches sont bien réparties : à Paul Meurisse l’humanisme désespéré, à Pierre Brasseur le nihilisme scientifique. La mise en scène penche vers le second, notamment lorsqu’elle offre à l’acteur un monologue impitoyable sur la rationalisation de la question humaine.

Lorsque Franju filmera à nouveau Brasseur, ce sera dans «Les yeux sans visage», le film le plus terrifiant de la fiction française.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 9 mai 2014.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s