Etat second, 1993

Fearless

Peter Weir

MSDFEAR EC002

Peter Weir est devenu le cinéaste culte des adolescents de 1990. Le professeur Keating et son Carpe Diem ont rallié des millions de spectateurs émus et agacé pas mal de critiques, ainsi que les admirateurs de la première heure. D’un cinéma sur l’aveuglement, n’était-on pas passé à un cinéma aveugle pour cause de diabète ? Tant de sucre risquait d’engluer une oeuvre basée sur l’angoisse. Après « Le cercle des poètes disparus », la comédie sympatoche « Green card » ne nous avait pas rassurés.

Puis, le doute est revenu tarauder Peter Weir. Le héros de « Fearless » n’est un héros que parce qu’il devient fou ! Jeff Bridges reprend le flambeau des pur-sang WASP peuplant les meilleurs films de Weir (succédant à Harrison Ford et anticipant Russel Crow). Il incarne un homme se croyant invincible après avoir survécu à un crash aérien. Un état second qui le mènera au bord du gouffre dans lequel il menacera d’emporter sa famille avec lui.

Quelque chose subsiste, tout de même, des précédents films du cinéaste : l’espoir. Ce qui lui autorise des instants parmi les plus émouvants de sa carrière comme cette ultime scène ou le colosse agonisant sera ramené à la vie dans les bras de sa femme.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 28 janvier 2014.

Une Réponse to “Etat second, 1993”

  1. Un sujet très médical ! entre la rétinopathie diabétique (dur pour Weir quand même) et la psychopathologie (qui n’est pas l’étude des psychopathes).
    L’état second qui est décrit dans le film est plutôt un état de stress post-traumatique, sans anxiété, mais au contraire avec un sentiment d’invulnérabilité (je ne sais pas si ça a déjà été décrit en fait).
    Le film utilise aussi en information innocente au début, resservie à la fin, une allergie aux fraises qui ne l’est plus le temps de cet état second. Avec une grosse confusion d’ailleurs entre un étouffement mécanique par un aliment (dont on peut guérir si on extrait le dit aliment) et un oedème de Quincke pharyngo-laryngé qui, sans traitement, risque fort d’être fatal.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s