L’éclipse, 1962

L’eclisse

Michelangelo Antonionni

ec03

Après le duo Jeanne Moreau Marcello Mastroianni dans «La nuit», Antonioni prouve une nouvelle fois son génie du casting glamour.

On aurait presque envie de se contenter de cela, du noir et blanc langoureux, de la ville déserte, d’Alain Delon et Monica Vitti déambulant comme 2 gravures de mode se découvrant une âme… icônes éternelles.

On passerait à côté d’un film qui contemple le monde occidental courant vers sa fin. Dans des monuments construits par les romains, des hommes invoquent les puissances de l’argent comme d’autres les dieux antiques.

Le génie d’Antonioni est de capter la lueur d’angoisse dans les yeux de ses acteurs sublime, cet instant où ils réalisent qu’il s’agit bien de leur monde.

 4-michelangelo-antonioni-leclipse

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 1 janvier 2014.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s