La flèche et le flambeau, 1950

The flame and the arrow

Jacques Tourneur

8736136755_f604fe0a19

Burt Lancaster bondit, sourit, séduit… il fait très bien Robin des bois dans un film sans Robin des bois.

Toutefois, lors d’un duel final, quand il détruit un candélabre pour obliger son adversaire à combattre dans le noir, la politique des auteurs nous laisse penser que son geste est guidé par Jacques Tourneur.

Jusqu’ici, le cinéaste que l’on associe volontiers aux ombres et à la nuit nous épatait par sa capacité à faire flamboyer le Technicolor. Tout de même, cette aventure moyenâgeuse lui permet de filmer amoureusement les donjons et de s’amuser avec un sadomasochisme familial (tortures, chaînes et héros en collants…).

Nous aurions du nous méfier et Tourneur nous piège dans la séquence finale dont on ne sait plus si elle relève du sabbat ou du dessin animé.

Par ces perversions de mise en scène, «La flèche et le flambeau» production hollywoodienne de carton pâte et d’actrices à brushing retrouve l’esprit des fabliaux apocalyptiques de l’an 1000.

 flame-and-the-arrow-italian-poster

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 16 novembre 2013.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s