Le voleur de bicyclettes, 1948

Ladri di biciclette

Vittorio De Sica

80854998_o

Dans «Le mépris» d’Alberto Moravia, le producteur Battista peste contre le néoréalisme qui donne de l’Italie l’image d’un pays de gueux.

Ce producteur de fiction connaît bien mal le cinéma de son pays. D’une part, le néoréalisme ne constitue que l’une de ses multiples galaxies. D’autre part, le visage de ces gueux a changé la face du cinéma mondial et le regard de ceux qui ont eu la chance de les contempler.

Voleur de bicyclette (le)

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 7 octobre 2013.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s