L’homme qui rit, 1927

The man who laughs

Paul Leni

arton3873

Dans l’excellent album «The killing joke», Alan Moore avait imaginé l’origine du Joker. On peut penser qu’il a opéré un hommage  à  Victor Hugo ou, tout au moins, à l’adaptation de son «Homme qui rit» par Paul Leni, lesquels avaient bien inspiré Bob Kane lorsqu’il imagina le personnage.

La prestation hallucinée de Conrad Veidt entraîne le feuilleton labyrinthique imaginé par Hugo vers ses propres terres expressionnistes et donc vers le fantastique. A l’amour, à la gloire ou à l’argent il oppose son sourire morbide qui a sans doute encore une fois inspiré Alan Moore et le dessinateur David Lloyd lorsqu’ils imaginèrent le masque ricanant du héros de «V pour vendetta».

Au fait, «The killing joke» fut traduit en français par «Rire et mourir», titre qui aurait assez bien convenu aussi au chef d’oeuvre de Paul Leni.

 man-who-laughs_280

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 3 septembre 2013.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s