Juliette des esprits, 1965

Giulietta degli spiriti

Federico Fellini

photo-Juliette-des-esprits-Giulietta-degli-spiriti-1965-2

Fellini et le cinéma de genre, c’est une histoire d’amour manquée. Ne jamais affirmer à un spécialiste que « La strada » appartient au néo réalisme !

Tout de même, certains gestes du cinéaste troublent. On ne le classerait pas chez les comiques, pourtant « Il Bidone » ou « Les nuits de Cabiria » offrent de nombreuses similitudes avec ses compatriotes Petri, Monicelli ou Risi (si ce n’est que « Cabiria » se fait souvent fille du néoréalisme, on n’en sort pas).

« Satyricon » n’est pas un péplum mais un peu quand même. Les codes du fantastique imprègnent la plupart des autres métrages.

Vous ne trouverez pas le DVD de « Juliette des esprits » au rayon horreur et pourtant… l’esprit de Juliette révèle des fantasmes morbides qui culminent dans une terrifiante vision finale.

Un boulevard s’ouvre pour Lucio Fulci.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 26 juillet 2013.

Une Réponse to “Juliette des esprits, 1965”

  1. On peux aussi voir ce film comme une version au féminin du 8 1/2 (film réalisé 2 ans plus tot). Sinon pour moi 3 périodes – le Neorealisme – La période « psyché » – et la dernière dite nostalgique, à la Perec ou à la Proust du « je me souviens ». Il n’y a pas une période que je préfère à une autre… que de chefs-d’oeuvre. L’essence même du cinéma… Tout y est, tout est là. Bref le « Maestro ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s