Dossier secret, 1955

Mr Arkadin

Orson Welles

screenshot_4_5355

L’ellipse Rosebud aurait elle laissé Orson Welles insatisfait, fusse dans cette collure que s’est inventé le cinéma moderne?

A voir la séquence inaugurale de «La soif du mal», il semble que le cinéaste cherchait a décrypter son propre geste. Il en en a même fait un film, le premier dans un système indépendant, un film dont le titre français résume bien l’enjeu : «Dossier secret : Mr Arkadin».

Ce Mr Arkadin est un milliardaire mystérieux et fantasque qui prétextant une perte de mémoire va commanditer un détective pour enquêter sur sa propre vie.

Welles interprète le personnage comme si une seule mise en abîme ne suffisait pas : Charles Foster Kane analyse le cinéma d’Orson Welles!

La magnificence plastique que les spectateurs avaient découvert à Xanadu faisant désormais partie de son patrimoine génétique, Welles se permet d’augmenter le rythme, la multitude des informations, de gestes, de pistes comme un jazzman ivre de sa propre virtuosité.

Ce faisant, il résume son chef d’oeuvre inaugural de 1941 et dévoile la suite d’une carrière qui ne se fera que dans la fuite (des studios, des capitaux, des projets maudits) et se construira de fuites cinégéniques, comme une bombe dans un moteur…

 mr-arkadin-movie-poster-1955-1020521210

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 23 juillet 2013.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s