J’ai pas sommeil, 1994

Claire Denis

 j1

Le plus grand cinéaste en activité, aujourd’hui, est française ! Malheureusement, il me semble qu’elle ne réalise pas toujours les plus grands films du monde. Claire Denis sait comme personne insuffler un élan épique aux anecdotes les plus anodines, en apparence. Elle excelle à imaginer des situations cinégénique qu’elle saisit par une mise en scène puissante et une acuité plastique de grand peintre. Pourtant, Claire Denis n’a pas toujours suffisamment foi en ses sujets. Constat flagrant lorsqu’elle flirte avec les genres : « Beau travail » et « Trouble every day » auraient dû être les plus beaux films du monde, ils sont parsemés de séquences sublimes. Mais leur réalisatrice les traite avec timidité, froideur même, comme s’il s’agissait pour elle d’exercices de styles.

Les plus beaux films de Claire Denis sont donc les plus modestes, sans ambitions esthétiques trop évidentes ni grands sujets. « Nenette et Boni » et ce  « J’ai pas sommeil  » surtout, lui permettent de créer un cosmos de personnages et de laisser aller sa caméra à une fausse désinvolture.

Dans « J’ai pas sommeil » des individus touchants, dangereux et parfois les 2 en même temps, se côtoient, s’aiment, déambulent, se tuent dans Paris, jamais si bien filmée. Claire Denis leur a donné vie pour saisir leurs instants de grâce.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 14 juillet 2013.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s