The servant, 1963

Joseph Losey

the-servant2

En puisant dans l’oeuvre de Harold Pinter, Losey va découvrir un puissant carburant de cinéma. La pièce du dramaturge semble taillée pour l’oeuvre qu’il construit depuis « Eve ».

Comme Alain Resnais plus tard, ses films vont bénéficier des contraintes imposées par la matière théâtrale dont il s’inspirent.

Une maison, 2 hommes successivement sadisants et sadisés, une caméra retorse comme troisième personnages déploient un ballet troublant qui invite Freud à relire la lutte des classes.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 16 juin 2013.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s