Ce qu’il restera de nous, 2012

Vincent Macaigne

laure-calamy1

Où étaient donc passés les punks, les vrais? Certains ont brûlé leur voiture pour ne pas avoir à en profiter, tandis que d’autres montaient «Hamlet» à Avignon, dans le sexe et le sang, avec un titre programme : «Au moins j’aurai laissé un beau cadavre».

Vincent Macaigne fait rejaillir, depuis le théâtre, la furie punk au cinéma en 40 minutes de grondements acides.

3 acteurs prennent chacun leur tour le pouvoir sur le métrage : Thibault Lacroix en simili Aphex Twin (l’homme qui aimait trop sa voiture) invective le spectateur dans une proposition de révolution retorse, Anthony Paliotti se cogne la tête sur les murs au point de reformuler le cadre des plans et la sublime Laure Calamy achève les hommes dans une spirale de passion mortifère.

Aux commandes, Macaigne électrise en un moyen métrage tout le cinéma français et devient l’un de ses cinéastes les plus importants.

200385502-tt-width-600-height-400-attachment_id-1598

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 13 juin 2013.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s