Babycart: l’enfant massacre, 1972

Kozure okami : sanzu no kawa no ubaguruma

Kenji Misumi

baby_cart_2_photo_2

L’auteur de Mangas Kazuo Koike a imaginé un samouraï promenant son fils dans un landau bourré d’armes, le cinéaste Kenji Misumi l’a filmé.

De l’alliance des 2 naît un monument de pop culture dont l’aspect iconique masque parfois la profondeur. Car, dans « Baby cart » on retient les arabesques sanglantes du chevalier solitaire Ogami Itto, personnalisé par la masse brutale de Tomisaburo Wakayama.

Ce second épisode de ses aventures offre un florilège magnifique de ses exploits graphiques, notamment lors d’un combat dans le désert où le sable se met à saigner.

Toutefois, si « Baby cart » continue d’animer les théoriciens de l’image, c’est parce que les massacres y sont constamment soumis au regard d’un enfant, substitut idéal d’un spectateur à la fois régressif et réflexif!

 baby_cart_2_photo_1

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 1 juin 2013.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s