Europe 51, 1952

Europa 51

Roberto Rossellini

europe-51-1-2-g

Après avoir traversé son Golgotha dans «Stromboli», Ingrid Bergman pouvait bien accéder à la sanctification.

Comme Rossellini n’est pas homme à filmer le sacré sans conséquence, le parcours d’une grande bourgeoise vers la sainteté passera par une profonde souffrance.

Toutefois, nul sadisme n’est à l’oeuvre ici, comme on pouvait le soupçonner dans «Stromboli», pas plus que le misérabilisme que l’on accole parfois au néo réalisme : le peuple vit selon ses raisons qui n’ont besoin d’aucune noblesse.

Le cinéaste conserve le regard sobre et cru qui faisait l’admiration des turbulents de la Nouvelle vague.

A travers une riche américaine confrontée à la mort de son enfant, Rossellini poursuit son exploration de l’Italie d’après guerre. Celui que Godard considérait comme un apôtre du cinéma se fait pédagogue : il emmène sa vedette dans les bidonvilles, les usines, les hôpitaux. Il ne recadre pas sur les regards des enfants ou sur les mains des ouvrières mais montre simplement la vie.

A Ingrid Bergman d’incarner le doute, l’effroi, la résignation, la révolte… comme seule une icône de cinéma pouvait le faire.

 Europa 51 1952 Roberto Rossellini Ingrid Bergman

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 27 mai 2013.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s