The commitments, 1991

Alan Parker

The_Commitments-Color

La musique a porté chance à Alan Parker. Premier succès avec « Fame », premier film culte avec « The wall ». On dira, pour le moins, qu’il la sert bien.

Le cinéaste le plus haï par la critique française offre avec « The commitments » le film anglais ultime (qui se passe en Irlande, que les grincheux ne viennent pas me contrarier sur la question !). Il met en scène une réussite populaire, modeste et énorme en même temps.

En 91, Blur et Oasis commencent à se la montrer pour savoir qui est le plus grand groupe de pop du monde. A l’heure de ce bilan, je préfère me souvenir d’une bande de gamins de Belfast qui s’amusait à chanter de la soul music.

 
Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 9 mai 2013.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s