La lettre, 1940

The letter

William Wyler

The Letter 3[1]

Dans un extrême orient de studio, Bette Davis joue de ses regards ambigus pour faire croire que l’amour est un jeu sans danger. Tony Gaudio sculpte les ombres et Max Steiner fait gronder le tonnerre, une façon de rappeler que le drame est inspiré par Somerset Maugham.

Les regards ne trompent que ceux qui le veulent. Un vampire ne peut se repaître de sa victime qu’à l’invitation de cette dernière.

Toutefois, lorsque les ombres laissent place à la lumière et que le tonnerre se tait,  le dernier regard de l’actrice nous rappelle que les vampires aussi peuvent souffrir.

letter
Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 28 mars 2013.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s