Le mécano de la « General », 1927

The General

Buster Keaton & Clyde Bruckman

Le mecano de la general

Avec une moue que l’on imagine ironique, Louis Jouvet exprimait que le seul intérêt du cinéma était de permettre au théâtre de faire sa théorie.

L’inoubliable interprète de «Hôtel du nord» ne s’était pas rendu compte que cette considération élevait le cinéma au rang d’art majeur.

Comme Chaplin ou Tati, Keaton m’aura rarement fait rire. Mais, comme pour eux, sa science du mouvement et ses architectures savantes me fascinent.

Une rétrospective autour du western et l’admiration répétée de Jackie Chan m’auront permis d’accéder au cinéma de l’homme qui ne sourit jamais. Plus tard, Samuel Beckett s’en mêlera, histoire d’emmener cet extraordinaire cinéma d’action à faire sa propre théorie.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 2 janvier 2013.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s