So this is Paris, 1926

Ernst Lubitsch

Le film est muet. Néanmoins, il se fait délicieusement musical! La contradiction apparente est un non sens.

Lubitsch filme un marivaudage parisien dans lequel la radio tient un rôle prépondérant. Tout est dit, nous observons des personnages qui badinent et se séduisent, regardent chez les voisins pour découvrir que leurs fantasmes les inspirent et, toujours, parlent un double langage, écoutent aux portes et dansent, dansent, dansent lorsqu’ils pensent avoir rencontré l’amour…

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 5 décembre 2012.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s