Nuit vengeresse, 1916

Haevnens nat

Benjamin Christensen

La durée de vie d’un film tient souvent à sa capacité à concerner physiquement le spectateur.

Les serials de Benjamin Christensen contiennent toujours des séquences de suspens dans lesquelles les acteurs donnent de leur corps et le cinéaste de sa mise en scène.

Si l’on se souvient avec délice de la trappe accidentellement fermée dans le moulin du «Mystérieux X», on découvre avec joie ici une chorégraphie meurtrière entre un forcené, une jeune femme et sa petite fille. Les pièces s’ouvrent et se referment, tantôt cocons, tantôt pièges. Les personnages s’observent et se perdent.

Chacun détient un secret qui pourrait amener l’autre à la vérité, mais cela, c’est le spectateur qui en est conscient et devient ainsi l’ultime personnage de ce jeu cruel… ce qui permet toujous à un film de rester immortel.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 2 décembre 2012.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s