Pour un seul de mes deux yeux, 2005

Nekam achat mishtey eynay

Avi Mograbi

Que peut faire un homme en colère, seul avec sa caméra, dans un pays en guerre ? Faire un film qui s’appellerait « Pour un seul de mes 2 yeux » par exemple. Mograbi n’a plus rien à perdre. Dans le bourbier israélo palestinien, il se campe devant les chars, nargue des soldats sur les nerfs et convoque les mythes fondateurs de son pays pour une mise en abîme radicale.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 28 novembre 2012.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s