Le filet, 1953

La red

Emilio Fernandez

Ce sont les expositions d’art et les rétrospectives d’ambassades qui nous ont fait découvrir les lumières mexicaines.

«Le filet» est un mélodrame assez typique de son époque. Les mêmes histoires se racontaient aux studios Sono Film en Argentine, à Babelsberg en Allemagne, chez Pagnol à Marseille, à Hollywood même… Elles ont donné lieu à des classiques comme à des oeuvres mineures. Les nuages et l’océan en noir et blanc sont toujours beaux…

Mais ils auront rarement été portés au sublime comme dans ce film dont la lumières transforme le mélo en existentialisme.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 16 septembre 2012.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s