Cris et chuchotements, 1972

Viskningar och rop

Ingmar Bergman

Les cris sont ici à entendre comme celui d’Edward Munch : insupportables et inéluctables, violents et silencieux à la fois.

Bergman, le plus italien des cinéastes scandinaves, réalise son grand film d’horreur.

La fin d’une femme, la mort de la mère… et le ballet funèbre qui l’entoure. Des cris, oui, lorsque les chairs sont déchirées, des cris pour combler l’absence, des cris qui nous étouffent à force de ne pas se faire entendre, des jeux d’enfants, des râles d’agonie… et le chuchotement du regard d’un artiste plein de compassion douloureuse.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 25 août 2012.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s