La péniche de l’amour, 1942

Moontide

Archie Mayo

Fritz Lang aurait pu diriger Jean Gabin et Ida Lupino dans ce drame prolétaire. Le maître ne passera que 4 jours sur le plateau, laissant les fantasmes cinéphiles enterrer «La péniche de l’amour».

Pourtant, les encyclopédistes devraient se pencher à nouveau sur le film d’Archie Mayo. Parce que s’y joue la rencontre de la star des titis parisiens avec le prototype de la femme moderne? Bien sûr, mais pas uniquement.

De ces docks embrumés, de ce melting pot complexe, de cette romance engluée dans l’alcool et le crime, subsiste une musique poisseuse et déchirante, comme si Duvivier se lançait dans l’expressionnisme.

Dans le rôle terrible du remplaçant de Fritz Lang, son ancien assistant, Archie Mayo, tient la barre et mérite une place aussi dans les encyclopédies.

 
Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 16 août 2012.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s