The ballad of Genesis and Lady Jaye, 2011

Marie Losier

Le grain 8 millimètres et les rayures VHS sont devenus les lieux communs du vidéo clip, 2 effets de plus pour final cut.

Ont-ils encore leur place dans un documentaire sur les amours sulfureuses du rocker Genesis P-Orridge et Lady Jaye Breyer Orridge ? Le film musical peut-il se permettre d’alterner captations de concerts punks, clips 80’s et home movies? Le documentaire peut-il suivre un homme et une femme qui se consacrent à modifier leurs corps pour devenir le miroir de l’un et de l’autre?

A priori, nous avions peu à attendre de cette ballade : peut-être imaginer un zapping sur youtube ou la romance tordue qu’elle pouvait inspirer à David Cronenberg.

Incorrigibles que nous sommes, nous avons été voir l’objet sur la promesse des éclats punks scatophiles tout en invoquant un intérêt pour le body art.

En cours de route, nous nous sommes surpris à taper du pied en entendant les rifs de throbbing gristle et psychic TV puis à nous émouvoir de cette romance née dans un donjon SM et conclue par une dernière fellation avant la mort.

A la sortie, le 8 millimètres soyeux, les yeux bleus des punks scatophiles, la vidéo brillante, les home movies, psychic TV, Throbbing gristle, l’amour et la souffrance nous avaient noué la gorge…

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 7 août 2012.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s