Martha…Martha, 2001

Sandrine Veysset

Après un premier film solaire, unanimement salué («Y aura-t-il de la neige à Noël?»), Sandrine Veysset avait signé un second long métrage nocturne qui avait été sous estimé («Victor…pendant qu’il est trop tard?»).

Un film lumineux, un film sombre?  Ce serait oublier les regards inquiets de Dominique Raymond attendant l’ogre Daniel Duval dans le premier. Ce serait minorer la finesse de la cinéaste pour capter la lueur dans la nuit dans le second.

Avec son troisième opus, la cinéaste imagine un soleil noir au sein du cinéma français.

Il s’agira, de nouveau, de suivre une famille aux portes du bonheur mais poursuivie par ses cauchemars. Sandrine Veysset fouille la terre et invoque les ombres pour donner vie à des personnages magnifiques tout en les filmant dans un réel trivial. Valérie Donzelli, Yann Goven et la toute jeune Lucie Régnier jouent la douceur et la rage pour confronter l’enfance et l’amour aux ténèbres.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 4 août 2012.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s