Hijo de hombre, 1961

Lucas Demare

Nous sommes en 1931, quelque part entre la Bolivie et le Paraguay, mais nous pourrions aussi bien être entre les tranchées de Verdun ou dans un délire steampunk japonais.

Nous sommes en 1931, lors de la guerre du Chaco, mais pour Franciso Rabal, il s’agit de filer sur une route où fusionnent le métal et la sueur, histoire de survivre pour apporter à ses camarades de quoi tuer d’avantage.

Le désert est gris comme les fumées de canons, le ciel blanc comme le feu des véhicules calcinés, la terre noire comme la poudre.

Nous sommes en 1961, devant un film de guerre argentin. Et pour Lucas Demare, il s’agit de filmer un mouvement furieux dont les rares accalmies laissent parfois entrevoir quelque chose d’humain.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 23 juillet 2012.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s