Les glaneurs et la glaneuse, 2000

Agnès Varda

Encore la Nouvelle Vague !

A un cinéma français qui se complaît à reprocher son actuelle médiocrité à ses ancêtres, Varda donne une insolente leçon de liberté !

Avait-on vu utilisation plus subtile mais surtout plus décomplexée de la caméra DV ? Objet quelconque dans les mains de nombre jeunes cinéastes, il devient chez Varda (voir Godard ou Marker) l’incarnation réelle de la caméra stylo si souvent fantasmée. Le concept est même ici démultiplié en caméra pinceau (tentatives plastique ou analyse d’œuvres) ou caméra tracte (on ne verra pas de sitôt film politique aussi profond et ludique en même temps).

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 5 juillet 2012.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s