L’enfer des armes, 1980

Di yi lei xing wei xian

Tsui Hark

Les 2 premiers films de Tsui Hark sont nuls ! Jugement subjectif ? Regardez-les ! Leur échec critique et commercial a, en tout cas, décuplé la rage de leur auteur. Finalement, on peut penser que « Butterfly murders » et « Histoires de cannibales » ne dépassent pas le statut de curiosités parce que Tsui Hark n’était pas suffisamment en colère.

Pour son troisième opus, le réalisateur est très en colère, merci pour lui. Il s’agit d’uneoeuvre paroxystique qui épuisera des spectateurs ravis. Tsui Hark devient alors réellement Tsui Hark, le chorégraphe du chaos, le chef d’orchestre de la violence.

« L’enfer des armes » est plus qu’un titre, un emblème !

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 29 juin 2012.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s