Psychose, 1960

Psycho

Alfred Hitchcock

L’oeil, le couteau, l’ombre et la maison.

Le regard, le geste, la mort et la maison.

Le désir, la pulsion, l’inconscient et la maison.

La maison, celle où le cinéma se ressource toujours. La maison de la famille Bates, la maison des cinéphiles et des cinéastes.

La leur, la votre, la mienne.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 26 juin 2012.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s