Eté violent, 1959

Estate violenta

Valerio Zurlini

Au milieu de Cinecitta, entre les esthètes baroques et les rois de la pop culture, traînait Valerio Zurlini, peintre ultra sensible des désirs profonds et des passions tristes.

Il filme ici une Italie en pleine confusion, dans l’ombre de la statue vacillante du Duce. Un été perdu, durant lequel les enfants des barons fascistes semblent tenter d’inverser le cours de l’histoire en faisant l’amour aux veuves de ces mêmes barons, dans un oedipe désespéré.

Comme Zurlini filme le tout dans un noir et blanc solaire et comme le héros est interprété par Jean-Louis Trintignant, c’est peu de dire que « Eté violent » atteint des cimes de sensualité dignes des esthètes de la pop et des rois baroques.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 8 juin 2012.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s