Les mendiants de la vie, 1928

Beggars of life

William A. Wellman

En découvrant ce film, il est plaisant de rêver Louise Brooks en compagne de Tom Sawyer et Huckleberry Finn. Sans doute  aurait-elle apporté une sensualité candide et une grâce canaille à rendre jalouse la guindée Becky Thatcher…

L’histoire de l’art ne vivant pas de l’imagination des rêveurs, ce crossover restera une chimère et Louise suivra d’autres vagabonds sur les toutes du middle West.

Or ces personnages sont plus vieux que ceux de Mark Twain. L’âge des découvertes, le désir de la vie sont passés. Un hoboe croise une meurtrière, amants maudits ils seront, prêt pour tous les jeudis noirs qui s’annoncent. Wellman filme des destins usés avec un lyrisme qui se fait politesse du grand art pour les humains souffrants.

A côté du rustre Wallace Berry, Brooks joue la garçonne, la clodo, le garnement. La costumière déchire les coudes de sa veste, la maquilleuse lui ajoute quelques tâches de boue sur le visage.

Elle est plus belle que jamais!

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 1 mai 2012.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s