Inferno, 1979

Dario Argento

Argento n’en peut plus. Rongé par les drogues, il se laisse aller à des hallucinations baroques dont certaine portent la marque du maître Bava. Avant de partir en cure, il balance un film monstre qui condense tous ce que lui reprochent ses détracteurs les plus acharnés.

Le scénario est idiot ? C’est vrai ! Aucune progression dramatique ? C’est même plat ! Les comédiens sont nuls ? Ils ne savent probablement même pas dans quel film ils jouent !  La musique est kitsch ? C’est normal, c’est du prog rock gothique par Keith Emerson (de Emerson Lake & Palmer) ! La mise en scène est boursouflée ? C’est un mélange d’hystérie et de pompiérisme, vous voulez dire!

Alors ?

Alors, tout cela est filmé avec génie !

voir aussi

L’oiseau au plumage de cristal

Le chat à 9 queues

4 mouches de velour gris

Suspiria

Phenomena

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 17 avril 2012.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s