L’inconnu, 1927

The unknow

Tod Bowning

Avant de recruter ses castings dans les foires, Tod Browning filmait déjà des histoires d’amour désespérées chez les humains. Pas tout à fait comme les autres tout de même : des hommes qui se font passer pour des manchots et des femmes qui ne supportent pas les mains de hommes.

Le premier épate le public par son habilité dans un numéro de lanceur de couteau et les cinéphiles dans une scène où l’on croirait entendre les notes de la guitare entre ses jambes. Par amour, il se fera couper les bras, ce qui, évidemment, ne suffira pas.

Le cinéaste filme sa romance tordue avec le lyrisme qu’il accordera à ses films d’horreur. Lon Chaney se lance dans une pantomime de souffrance autour de la féline et sensuelle Joan Crawford… on peut imaginer où Bob Kane puisa l’idée de peupler Gotham City de freaks…

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 31 mars 2012.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s