Le crime de Monsieur Lange, 1936

Jean Renoir

Le problème, quand on est un rêveur qui invente des aventures rocambolesques, c’est que l’on est soi-même bien plus fasciné par les salauds que par les rêveurs.

C’est ainsi que Renoir caste idéalement René Lefèvre dans le rôle du frêle Lange et L’immense Jules Berry dans celui de l’immonde Batala. Le second arnaque le premier, lui vole sa création et le fait accuser de sa propre mort.

Berry n’est pas de toutes les scènes, c’est une chance pour les autres acteurs. Les ouvriers spoliés par ce patron immonde profitent de son absence pour monter une coopérative.

C’est ainsi que Renoir met en scène idéalement les aléas des humains et de l’argent. Même en janvier 1936, à la sortie du film,  le problème d’un citoyen modeste est d’être plus fasciné par la puissance du financier que par le labeur de l’ouvrier.

Serait-ce là, le crime secret de Monsieur Lange ?

Voir aussi :
Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 1 mars 2012.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s