Ran, 1985

Akira Kurosawa

Depuis, au moins « Le château de l’araignée », nous savons que Shakespeare ne quitte plus Kurosawa. Wagner n’est sans doute pas très loin non plus, tant cette histoire de filiations viciées nous emporte d’un souffle épique. Le grand cinéaste approche le zénith de sa carrière. Pour la dernière fois, il se lance dans une fresque bouillonnante. Il atteint alors le spectacle total, dans lequel sa musique personnelle étincelle, du théâtre No à l’opéra saturé.

 
voir aussi
Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 12 février 2012.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s