Le cuirassé Potemkine, 1925

Bronenosets Potyomkin

Serguei Eisenstein

Eisenstein, l’architecte, le chef d’orchestre, le géomètre, le peintre… Eisenstein se fait ici chimiste qui transforme le noir et blanc expressionniste en représentation du sang du peuple maculant le béton de la répression totalitaire.

En filmant les yeux hagards des martyrs, Sergueï Mikhailovich Eisenstein devient l’homme cinéma totale.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 25 janvier 2012.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s