Tueurs nés, 1994

Natural born killers

Oliver Stone

En 1994, LE cinéaste, c’est Tarantino. Son « Pulp fiction » triomphe au box office, rafle tous les prix et se trouve instantanément bombardé film culte (avant même sa sortie). Encore plus rare, « Pulp fiction » va immédiatement starifier son auteur. Tarantino devient le Elvis des cinéastes, chose qui n’était pas arrivé à David Lynch, pourtant professionnel du film culte. La même année, Tarantino produit son copain Roger Avary pour le sympathique « Killing Zoé » et ouvre complaisamment la voie à une cohorte de médiocres copistes.

Dans ce contexte, la sortie de « Natural born killers » avait tout du pari opportuniste. Si l’on précise qu’il s’agit d’une histoire puisant dans la mythologie fatiguée du  couple infernal en cavale  modernisée en variation branchée sur les serial killers, que le tout est mis en image par l’un des réalisateurs les plus pachydermiques d’Hollywood et que ce dernier prétend s’y livrer à une satire des médias ; difficile d’imaginer brouet plus infâme. Et pourtant, la liqueur distillée par tant de filtres douteux se révèle étonnement euphorisante.

Larguant les amarres de la raison et du bon goût, Stone se lâche dans une virée psychotrope digne des pires cauchemars d’Hunter S Thompson. Le très sérieux réalisateur de « JFK » enfonce les portes ouvertes par McLuhan et les touches de sa console AVID. En résulte le grand film de la confusion, bien avant que le Néo de « Matrix » ne comprenne qu’il n’est qu’un personnage de jeu vidéo. Détestée par beaucoup (Tarantino en premier, l’ironie est assez réjouissante), cette oeuvre qui mêle le beau et le laid, la fulgurance et la débilité sans hiérarchie apparente, n’en constitue pas moins un fascinant accident industriel, une vidéo d’art contemporains perdue dans les multiplexes.

Probablement dépassé par le monstre qu’il a créé, Stone a enfin réussi son projet de cinéaste : ouvrir des portes spatio-temporelles au sein de la galaxie Walt Disney.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 19 janvier 2012.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s