Phase IV, 1974

Saul Bass

A l’heure de toutes les alarmes autour du réchauffement climatique, James Cameron a réalisé le film le plus cher de l’histoire du cinéma dans lequel nos Avatars déplorent la capacité de destruction des hommes.

En 74, le designer Saul Bass regarde des fourmis.

« Phase IV » contient peu de dialogues et aucun discours. Le film se tient à l’étrangeté des insectes, dont le développement est représenté comme une invasion martienne qui proviendrait du coeur même de la Terre.

Pour elles, il semble clair que les humains sont déjà une espèce en voie de disparition.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 13 janvier 2012.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s