Les rapaces, 1924

Greed

Erich Von Stroheim

Michael Cimino aurait peut-être dû revoir le chef d’oeuvre d’Eric Von Stroheim, avant d’évoquer à son tour des vérités qui ne sont pas bonnes à dire, par le biais de la super production.

Au delà de la puissance formelle et dramaturgique (qui peuvent intimider, avec raison, mais il faut se jeter dans ses flots bouillonnants) subsiste une fascination pour ce film énorme, mal aimé en son temps, mutilé (Irving Thalberg), dont le calvaire a façonné le mythe (Irving Thalberg) et dont nous ne disposons que de copies incomplètes…

Comme son héros, l’innocent cupide Mc Teague, nous ne sommes jamais rassasiés des « Rapaces »!

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 29 décembre 2011.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s