Nostalghia, 1983

Andreï Tarkovski

Parmi les plus belles scènes du film, l’une annonce l’extraordinaire ballet final du « Sacrifice » : un homme traverse un terrain vague en plein vent, il tente de porter la flamme d’un brasier vers une petite bougie au moyen d’une dérisoire allumette. Celle-ci s’éteint impitoyablement et l’homme doit sans cesse recommencer son parcours.

Dans un passionnant décryptage, Chris Marker avait démontré que Tarkovski plaçait souvent sa caméra au niveau du regard d’un Christ en croix.

Lui seul le pouvait.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 20 décembre 2011.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s