La sentinelle, 1992

Arnaud Desplechin

Le film cerveau de Desplechin. Un peu facile, mais pas faux. Un programme, en tous cas. Le jeune cinéaste semble, en effet, y dévoiler son projet de cinéma, celui d’être un auteur très français mais en même temps, un auteur passionné par l’autre. Un auteur qui pourrait décrire le monde à travers et depuis la France.

Note d’intention ultra ambitieuse mais tenue de film en film et déjà, magnifiquement avec ce premier long qui  pervertit les romances germanopratines avec l’espionnage international. Un film où l’écroulement du monde bi-polaire est étudié comme un corps en décomposition.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 28 novembre 2011.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s