Les larmes amères de Petra Von Kant, 1972

Die bitteren tränen der Petra Von Kant

Rainer Werner Fassbinder

Peut-être Fassbinder s’est il demandé si les mannequins inanimés qui assistaient aux drames dans « 6 femmes pour l’assassin » ou « Le baiser du tueur » avaient une âme.

Les belles Margit Carstensen et Hanna Schygulla vont animer leurs corps et se découvrir des sentiments. La créatrice tombera amoureuse de son modèle. L’aspirante mannequin se réfugiera contre le sein de celle qui la modèle.

Les statues de bois n’auraient elles rien vue des crimes qui ensanglantaient les films de Mario Bava et Stanley Kubrick ? Ont-elles imaginé qu’il ne s’agissait que d’échanges masculins et qu’un amour de femmes les protégeraient?

Elles souffriront beaucoup.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 22 novembre 2011.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s