Les indomptables, 1952

The lusty men

Nicholas Ray

Les premières minutes offrent un étrange condensé de la carrière à venir du grand Mitchum. Star de rodéo, il débute le film désarçonné par un taureau trop coriace et doit accepter que le western continue sans lui. Ensuite, avant que l’histoire ne commence vraiment, nous le suivront dans un détour par sa maison natale, retrouvant le trésor qu’il avait caché étant enfant, comme si le héros de «La rivière sans retour» traversait le rêve de «La nuit du chasseur»…

Après ce flash forward personnel, Bob reprend la route, déjà usé et revenu de tout. Il sera donc le méchant du film. Parce qu’il sait que seuls les désespérés peuvent regarder le monde avec lucidité.

A ce jeu, l’acteur est bien accompagné par Nicholas Ray, cinéaste qui parvient à déployer la mythologie du cinéma américain  sans l’éloigner des passions humaines.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 16 novembre 2011.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s