Nosferatu le vampire, 1922

Nosferatu, eine Symphonie des Grauens

Friedrich Wilhelm Murnau

Le cinéma d’horreur a été inventé pour combattre les peurs réelles. Mais, si l’on doit fermer les yeux et tenter de conjurer nos triviales angoisses, combien de films joueraient dignement leur rôle de totem ?

Convenons, passée l’adolescence, qu’ils ne sont plus si nombreux, les générateurs de terreur.

Chacun les siens.

Personnellement m’effraient le chien blanc « Baxter », le tableau de « Profondo rosso », « Les yeux sans visage », les jumelles de « Shining »… et toujours, l’ombre et le masque imaginés par Murnau : les regards de Max Schreck dans un vénérable métrage de cinémathèque que l’on avait pas eu le droit d’appeler «Dracula», eine symphonie des grauens qui tient encore toutes ses vénéneuses versprechungen.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 7 novembre 2011.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s